Vitaly Air, vendre des bouteilles d’air pur

Une société canadienne a eu la « brillante » idée de mettre de l’air en bouteille pour le vendre la modique somme de 32 Dollars Canadiens (environ 29 €). Le marché Chinois semble être friand de ce concept en cet période de pic de pollution puisque 4000 bouteilles ont été exporté et un millier serait déjà pré-commandés.

Banff.National.Park.original.1975

Banff National Park, Alberta, Canada

Cette société met en bouteille de l’air des Rocheuses (une chaine de montagne qui traverse les États-Unis et le Canada) dans le Parc national de Banff. Il utiliserait un procédé de compression propre qui permettrait de collecter de grande quantité d’air

Chaque bouteille est vendu avec un système de spray ou un masque ainsi qu’un certificat d’authenticité. Il prétende que l’air pur qu’il fournisse permet de récupérer après une cuite, améliore les performances sportive, aide pour les révisions.

Difficile de ne pas voir du greenwashing en bonne et du forme dans cette démarche.

 

Traduit et adapaté de Inhabitat

 

Publicités

Suite à deux ans d’absence, je me suis décidé à reprendre mon blog. Je ne publierais pas autant qu’auparavant mais j’essaierais de poster régulièrement des articles personnel et des traductions d’article en anglais concernant l’écologie et la culture geek.

La London Array en passe d’être détrônée

Je vous en ai parlé récemment, le plus grand parc éolien offshore du monde a été inauguré il y a peu et déjà il est en passe d’être détrôné.

offshore wind turbines

C’est au large de la tristement célèbre ville de Fukushima que les travaux commence pour un parc éolien qui devrait produire deux fois plus d’énergie que la « London Array« . La première éolienne fabriqué en Chine a été installé. Elle a un capacité de 2 MW et est flottante (coût d’installation beaucoup moins élevé que celle qui sont fixées sur une plateforme).

 

 

De la soie d’araignée synthétique fabriquée au Japon

La startup Spiber a récemment créé une soie d’araignée synthétique qui est tout aussi durable, extensible, et légère que la vraie.Le matériau est plus dur que le kevlar, plus léger que l’acier, et il peut être étiré au-delà de 40% de sa longueur originale sans se rompre.Les applications envisager passent par de nombreux domaines comme la médecine (vaisseaux sanguins synthétiques), l’aéronautique (des combinaisons ultra-résistantes et flexibles), l’automobile (des système de sécurité ultra-léger mais plus résistant que du kevlar et aussi souple que du plastique)

La soie synthétique: Spiber

La soie synthétique: Spiber

Spiber a développé son matériau très solide en étudiant la composition des fibres de protéine de soie d’araignée. La fibroïne de protéines est ce qui rend la soie d’araignée si tenace. Le laboratoire se tourna vers les bactéries transgéniques pour reproduire cette fibroïne  de manière artificielle. La fibroïne artificielle est ensuite filée en « soie » qu’ils ont appelés Spiber (nom de la startup)

Spiber a déjà créé 250 prototypes différents de cette fausse soie. Les gènes sont synthétisés rapidement, et sont capable de produire des quantités utilisables en seulement trois jours. Un gramme de protéine synthétisée peut produire  9 km de soie Spiber!!

Les fibroïnes de synthèses sont remarquablement polyvalent – elles peuvent prendre la forme de films, de gels, d’éponges, de poudres ou de nanofibres. Bien que la recherche ne fait que commencer, les chercheurs Spiber sont convaincus que leur soie d’araignée synthétique va transformer les industries à travers le monde.

Le biomimétisme pour améliorer les fermes éoliennes

Un parc éolien qui s'inspire des bancs de poissons

La conception des éoliennes s’est considérablement améliorée au cours des dernières années, mais les parcs éoliens sont encore assez inefficace. C’est parce que les éoliennes traditionnelles – celles avec trois grandes pales – interfèrent les unes avec les autres. Mettre deux ou plus grandes turbines à proximité bloquent le vent et créent des tourbillons qui diminuent le rendement global de la ferme.

Mais John Dabiri, un biophysicien de Caltech a découvert une solution à ce problème en étudiant le mouvement des bancs poissons. Il a constaté que les éoliennes à axe vertical avec des lames qui ressemblent à des nageoires peuvent travailler ensemble pour exploiter plus efficacement l’énergie éolienne.

Un parc éolien qui s'inspire des bancs de poissons

Un parc éolien qui s’inspire des bancs de poissons

Les constructeurs se servent des éoliennes à pales actuellement parce que c’est celles qui offrent le meilleur rendement mais seulement quand elles sont isolées et non regroupées en ferme. Pour les centrales éoliennes, Dabiri dit que les éoliennes à axe vertical sont plus efficaces. Et elles sont aussi beaucoup plus petites et moins chères à produire que les éoliennes traditionnelles.
Selon le scientifique, ces éoliennes  peuvent être regroupées et très proches les unes des autres- comme un banc de poissons – ainsi le coefficient de puissance de chaque turbine ne baisse pas beaucoup lorsqu’elles sont placées à proximité. En effet, les éoliennes à axe vertical peuvent se nourrir les unes des autres, ce qui entraine une plus grande efficacité dans certains cas.

«Les bancs de poissons dans l’océan doivent composer avec des tourbillons et des perturbations causées par les autres poissons», dit Dabiri  dans Sierra Magazine. «Certaines espèces utilisent moins d’énergie pour se déplacer du point A au point B dans les groupes que quand ils sont par eux-mêmes, parce qu’ils sont capables d’utiliser ces tourbillons pour améliorer leurs performances »

Les éoliennes que Dabiri propose font seulement 9 mètres de haut, et l’organisation qu’il décrit permet d’installer des centaines de turbines dans la zone utilisée par une seule turbine traditionnelle. Dabiri et son équipe de Caltech espèrent produire une éolienne verticale de 3,5 kilowatt pour un coût de seulement 3500$ (environ 2600€) et qui pourrait être facilement assemblés en utilisant des outils de base. En fin de compte, les nouvelles turbines à axe vertical peuvent être combinées avec des turbines traditionnelles dans les grands parcs éoliens hybrides qui perdraient moins d’espace et de produire beaucoup plus d’énergie.

Stockez vos données pour l’éternité (ou presque)

Le futur du stockage?

Des chercheurs de l’Université de Southampton (Royaume-Uni) ont développé le système de stockage dont tout les fans de science fiction rêvent: le cristal!!

Le futur du stockage?

Le futur du stockage?

Comment la science fiction a rejoint la réalité? Grâce à l’impression en 5D, non je ne me suis pas trompé de chiffre: les chercheurs en plus de graver dans du cristal de quartz en 3 dimensions grâce à un laser, ils se servent aussi de l’orientation des atomes ainsi que de la taille de ceux-ci pour « encoder » les données.

Ils utilisent une nanostructure de quartz qu’ils gravent donc avec des lasers à hautes vitesse pour former des points (comparables aux bits) espacés de seulement quelques nanomètres. Les informations ainsi gravées sont lues grâces aux phénomènes de polarisation de la lumières que produisent ces points. On  se sert d’un microscope et d’un polariseur pour récupérer les informations.

Ce type de support serait ultra résistant (supporte plus 1000°C) et aurait une durée de vie de plusieurs millions d’années. Les chercheurs estiment qu’un disque actuel avec leur technologie pourrait permettre de stocker 360TB de données (les plus gros Blu-ray ont une capacité de 128GB)

La houle, une nouvelle technique pour produire de l’électricité

La production d’énergie en mer existe déjà grâce à l’énergie marémotrice et les systèmes hydroliens. Développé par Aquamarine Power, ce nouveau système à énergie houlomotrice a pour avantage principal de n’avoir aucun matériel électronique immergé.

Le test en Écosse

Le test en Écosse

Ce système appelé Oyster 800 est composé d’un volet mobile qui suit le mouvement des vagues, ce mouvement actionne 2 pistons passifs qui font circuler, en circuit fermé, de l’eau douce pour alimenter les turbines d’une station hydroélectrique basée sur la côte. Une vidéo du fonctionnement ici.

Le volet est entièrement mécanique et son mouvement lent et naturel(il suit les vagues donc ne perturbe pas le courant) fait qu’il n’est pas dangereux pour la faune marine.

766b444799_oyster800-2_aquamarinepowerltd-Flickr

L’Oyster 800 en fonction

Ces installations peuvent être installées jusqu’à 500m des côtes, au delà les courants marins risqueraient d’être trop puissants. Si la mer s’agite le système s’immerge automatiquement le protégeant ainsi. Les essais réalisés en Écosse montrent la viabilité du projet: le modèle a fonctionné durant plusieurs mois avec des vagues de 5.3m de hauteur moyenne et a résisté à des vagues de 9m. Durant son plus long cycle, 144h de fonctionnement, la centrale a produit 10MWh et à réalisée un pic de production en Avril du 1MWh en seulement 5h.

Avantage de l’énergie houlomotrice, on peut prévoir avec une relative précison la production d’énergie grâce à la météo marine, un tel système pourrait ainsi combler les irrégularités des systèmes éoliens et solaires.

Un estimation montre que le France métropolitaine aurait une capacité totale d’énergie houlomotrice de 417 TWh/an, quasiment la demande annuelle d’énergie en France en 2000 (420Twh)